Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 19:14

j'ai trouvé ça sur son blog , et c'est fort bien tourné!! rien a rajouter.

Amnistie sociale : Hollande, n’oublie pas ton camp
Noël Mamère
Député de Gironde
Publié le 29/04/2013 à 15h33

A peine la fête du « mariage pour tous » terminée, la gauche retombe dans la morosité. Le lendemain de cette victoire, que personne à droite n’osera remettre en cause, la commission des lois de l’Assemblée rejetait la proposition de loi du Front de Gauche visant à amnistier les syndicalistes et militants associatifs condamnés sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Annoncée par voie de presse sans aucune concertation avec sa majorité, la décision du gouvernement ne peut que susciter, une fois de plus, la colère de celles et de ceux qui, durant cinq ans, ont subi les conséquences des choix politiques du sarkozysme.

Oubliés Continental et Xavier Mathieu, oubliés les faucheurs OGM, oubliés les militants de Réseau éducation sans frontières (RESF)… Tous ceux-là se sont retrouvés assimilés, de fait, aux voyous homophobes d’extrême droite dévoyant les manifestations contre le mariage pour tous. Parce que c’est bien le prétexte qu’a osé invoquer le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, pour annoncer le bon vouloir du Prince.

Hollande désespère PSA-Aulnay et Goodyear

Alors que la majorité sénatoriale avait voté ce texte, moyennant d’ailleurs une réduction a minima de ses objectifs, le gouvernement a effacé ses parlementaires en leur infligeant une nouvelle humiliation dont ils risquent de se souvenir durablement.

Cette décision n’honore pas ses auteurs. L’amnistie est une tradition démocratique. François Mitterrand se l’était d’ailleurs appliquée à lui-même, en 1981, lorsqu’il avait fort opportunément arrêté les poursuites contre les militants des radios libres. Il était alors poursuivi pour un acte de désobéissance civile caractérisé : l’organisation, avec Laurent Fabius et quelques autres, d’une émission illicite de « Radio Riposte » au siège du PS… Autres temps, autres mœurs.

Dans sa volonté affichée de ne rien faire pour ne pas déplaire au Medef et d’imposer sans coup férir son orientation politique social-démocrate, François Hollande revient sur ses engagements, les uns après les autres. Ce faisant, il se rapproche chaque jour un peu plus d’un piège qui pourrait bien se refermer sur lui dès les élections municipales et européennes de 2014.

La droite ne se satisfera jamais assez de ses reniements, la gauche votera avec ses pieds, comme elle l’a déjà fait en 2002, lorsque Lionel Jospin désespérait sa base sociale avec son fameux : « Mon programme n’est pas socialiste. » Aujourd’hui, de la même manière, François Hollande désespère PSA-Aulnay et Goodyear.

Le peuple de gauche et de l’écologie déchante

Comment expliquer à des ouvriers dont le patron ferme l’usine pour délocaliser et faire plus de profits qu’ils sont en plus des délinquants ?

Comment expliquer qu’on a embauché Cahuzac et que l’on soutient ceux qui débauchent les délégués syndicaux des entreprises dont les patrons touchent des retraites chapeaux, des salaires mirobolants ou des stocks-options ?

Comment expliquer qu’on continue à faire la même politique de répression contre les sans-papiers ou les Roms et que l’on ne revient pas sur les condamnations prononcées contre les parents et les enseignants qui se sont opposés aux expulsions des enfants d’immigrés dans les écoles ?

Comment expliquer que l’on maintienne un statut quo sur les OGM, mais que ceux qui ont osé dénoncer cette arme de destruction massive de notre agriculture soient toujours des justiciables à la merci de Monsanto et consorts ?

L’électorat de François Hollande croyait, à tort, que « le changement c’est maintenant ». Il pensait, à tort, que l’on reviendrait, au moins sine die, sur la répression caractérisée des mouvements sociaux dans laquelle s’étaient spécialisés Brice Hortefeux et Claude Guéant.

Un an après, le peuple de gauche et de l’écologie déchante. Il constate avec amertume que, non seulement, la continuité l’emporte sur le changement, mais que ceux qui se sont battus sur le terrain pour que ça change vraiment sont considérés comme des pestiférés par le pouvoir qu’ils ont élu, au moins au second tour des élections présidentielles.

François, n’oublie pas ceux d’en bas

Si ce rejet de l’amnistie sociale perdurait dans les prochaines semaines, il renforcerait la défiance, le fossé, le mur invisible qui est en train de se construire entre le gouvernement et la gauche sociale, associative ou politique. Il illustrerait la stèle qu’ont fait construire les syndicalistes de Florange aux « promesses non tenues de François Hollande », érigée symboliquement à côté de celle de Nicolas Sarkozy.


La stèle en mémoire des « promesses non tenues » et de la « trahison » de Hollande, déposée par les salariés d’ArcelorMittal,le 24 avril 2013 (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN/AFP)

Refuser l’amnistie aux justes du combat social, serait un mauvais signe de plus. Il renforcerait à coup sûr ceux qui estiment que depuis le début de son quinquennat, François Hollande impose à la gauche une politique qui n’est pas la sienne et à laquelle elle n’a pas souscrit.

Je te le dis fraternellement, François, n’écoute pas seulement la promotion Voltaire et les sirènes du CAC 40. N’oublie pas ton camp, n’oublie pas ceux qui t’ont élu, n’oublie pas les invisibles, les hussards de la République, les résistants du mouvement social, ceux que l’on va démarcher le temps d’une campagne et que l’on snobe, une fois arrivé au pouvoir. N’oublie pas ceux d’en bas.

Et si le Président n’écoute pas, alors chers collègues députés socialistes, joignez vous à nous, députés écologistes et Front de gauche, votez pour la justice, votez pour l’amnistie des syndicalistes, des militants associatifs, votez pour vos convictions. Retirez vos brodequins, enlevez vos godillots, n’ayez pas peur, soyez vous même.

A la veille du 1er Mai, rappelez-vous des condamnés de Chicago qui ne furent pas amnistiés et dont le combat pour la journée de huit heures donna lieu à la création de la Journée internationale des travailleurs. Sur une stèle du cimetière de Waldheim, à Chicago, sont inscrites les dernières paroles de l’un des condamnés, August Spies : « Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd’hui. »

 

Léo Ferré
LES SPÉCIALISTES
Paroles: Jean-Roger Caussimon, musique: Léo Ferré


Quand dans une manif
Tu regardes, naïf,
Les vitrines qui défilent
Où sont exposés
Les "must" du quartier
Des trucs plus ou moins futiles
Si tu veux prouver
En lançant le pavé
Que ce commerce t'attriste
Repose ton parpaing
"Fais pas ça, copain
Faut laisser faire les spécialistes!"

Pour tout mettre à sac
Les anciens du S.A.C.
Viendront diriger sur place
Les "incontrôlés"
Qu'ils ont enrôlés
C'est eux qui rompront la glace...
Mais c'est toi qui seras gaulé!

Comme il est normal
Pour un "marginal"
Tu dis "non" au nucléaire...
Tu te fais du mouron
Pour ceux qui viendront
Après nous, sur cette terre...

T'as comme un penchant
Pour quelques savants
Qui ont des airs pessimistes
Tu me fais du chagrin
"Fais pas ça, copain
Faut laisser faire les spécialistes!"

N'écoute pas Tazieff
Écoute l'E.D.F.
C'est elle qui tranche et qui juge
Comme tout un chacun
Adhère à l'emprunt
Et dis: "Après nous le déluge..."
Ce qui est important c'est le bénef!

T'as des opinions
Et tes convictions
Tu tiens à les dire aux autres...
T'annonces la couleur
Tu dévoiles ton coeur
À la façon des apôtres...
Tu cries sur les toits
Qu'y en a marre des lois
Et du joug capitaliste
Pour qu'on te connaisse bien
"Fais pas ça, copain
Faut laisser faire les spécialistes!"

On ne sait pas qui c'est Mais pour dénoncer
Ils ont l'art et la pratique
Ta vie, tes pensées
Tout est recensé
Ça marche à l'électronique...
Chez les poulagas français!

Si des mecs jaloux
On en trouve partout
Chez nous, on n'est pas en reste...
Annonce si tu veux
Que tu vas sous peu
Diriger un grand orchestre...
Ça fera illico
De fielleux échos
Sous la plume des journalistes
Qui diront soudain
"Fais pas ça, copain
Faut laisser faire les spécialistes!"

On se sent à l'aise
Lorsque c'est Boulez
Qui s'empare de la baguette
Mais... c'est inopportun
Lorsque c'est quelqu'un
Qui "fait" dans la chansonnette
Et même pas dans 1e show-business!

Mais c'est Mozart
C'était pas un spécialiste...!

Partager cet article
Repost0

commentaires

I
<br /> Deux très grands!!! avec un faible pour Jean Roger et sa superbe chanson "mon camarade"<br />
Répondre
L
<br /> C'est pas gentil de dire que je suis un "troll"...<br /> <br /> <br /> On peut avoir un avis différent et l'exposer, non ? ou alors il faut seulement poser des comms qui vont dans le même sens que l'auteur ?...<br /> <br /> <br /> Ce serait dommage parce qu'alors "où y a t'il un échange ?<br /> <br /> <br /> J'aime bien débattre et ce n'est pas pour une joute stérile, mais bien pour animer la conversation...<br /> <br /> <br /> Bonne fin de we<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
A
<br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Coucou ma sorcière bien aimée,<br /> <br /> <br /> alors, on attire les trolls Je suis d'accord avec ce texte, et personne n'est parfait, on ne peut tout aimer de Mamère,<br /> mais là je reconnais que c'est fort !! Merci pour tes réponses forts pertinentes aux coms' du monsieur resonin <br /> <br /> <br /> Bisous mérités pour le partage<br />
Répondre
L
<br /> ... Au contraire, le discernement des Fran_ais est en cause ! A continuer à élire des gens qui vous trompent, qui vous mentent, qui vous volent relève de la sénilité...<br /> <br /> <br /> Le vandalisme n'est nullement justifié sous prétexte qu'on est en colère... Sinon vous cautionnez les assassins de Boston par exemple qui sont en colère contre un système capitaliste corrompu,<br /> vous cautionnez les terroristes du 11 septembre qui sont en colère contre les USA qui vendent tdes armes à saturation dans les pays déstabilisés... Vous cautionnez les jeunes qui brûlent les<br /> voitures dans les cités parce qu'ils sont en colère contre un système inefficace contre la montée du chômage, vous cautionnez tous ces gens qui volent dans les commerces ou sur internet parce<br /> qu'ils n'en peuvent plus de ne pouvoir finir le mois de travail... Vous cautionner ces gens qui qui mentent au fisc et volent la sécurité sociale parce qu'ils en ont marre de payer des impôts<br /> !...<br /> <br /> <br /> Je le répète : un comportement qui va à l'encontre de la loi, de la justice, du citoyen est "hors-la-loi" et rien, je dis bien RIEN, n'excuse des comportements qui porte atteinte aux biens et aux<br /> personnes ! C'est typiquement franco-frabçais de se déresponsabiliser... Cela fait trop longtemps que cette attitude "c'est la faute de l'autre" pourri notre pays ! Cela s'en ressens jusque dans<br /> les propos de Noêl Mamère, ainsi que le vôtre...<br /> <br /> <br /> Vive la France !<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
R
<br /> <br /> quel amalgame démagogique!!!!c'est tout ce que vous trouvez comme comparaison;sans aucun mot sur les gens qui se suicident en france par maltraitance au travail !cela vous importe peu le malheur<br /> des licenciés, et les comparer a des terroristes, vous dévoile un peu......parce que ce n'est pas porter atteinte aux personnes le chômage, ce n'est pas porter atteinte aux personnes, les petits<br /> boulots déréglementés.....bah c'est pas grave restez dans vos convictions, et jamais je ne pense que c'est la faute de l'autre, mais pour que les gens soient aptent a bien saisir leur devenir il<br /> nous faudrait une éducation autre que ce qu'elle est devenue par la volonté des gens de pouvoir!!!!!allez je garde mes convictions, car elles sont solidement etayées!!!!<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> Un peu long Mamère mais complet. Est-ce qu'on aurait oublié ce qu'est un social-démocrate aujourd'hui... ? Le Zollandais, il croit au retour d'une certaine croissance qui lui permettrait de se<br /> sauver. Le mérite pas nom de Zeus !!<br />
Répondre