Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 19:42

ils étaient 500 000 a lisbonne , un million dans tout le portugal, en avez vous entendu parler ????rien sur le chaines de télé, rien dans la presse a part les 2 cités plus haut! même pas dans libé ..........c'est quoi ce silence , une censure qui ne dit pas so nom???

au portugal hier, ils ont entonné l"hymne qui a été composé lors de la révolution des oeillets en avril 1974, ils ont levé le poing et brandit des oeillets rouges comme en 1974; partout le vent se lève , en grèce toujours , en espagne souvent, au portugal, et même en italie , où la forme du ras le bol a été différente.......alors , le français va-t-il enfin comprendre où nous mène l'europe, et les restrictions annoncées ???le 5 mars sera -t-il enfin un déclic? seul FO et la CGT ont lancé cet appel, la cfdt préfère se courber devant les patrons; il ne faut pas oublier que cette cfdt est issue de ce qu'on appelle "la doctrine sociale de l'église",vous ne saviez pas ?? mais renseignez vous .

en attendant regardez le portugal!

Portugal: Grândola Vila Morena, l'hymne de la révolution des oeillets contre la troïka

 

 

Des centaines de milliers de portugais ont défilé ce samedi en entonnant Grândola Vila Morena, l'hymne de la révolution des oeillets en passe de devenir, quarante ans plus tard, celui de la lutte contre l'austérité.

Selon le mouvement apolitique "Que la Troïka aille se faire voir", organisateur des rassemblements à Lisbonne et dans une trentaine de ville du pays, quelque 500.000 personnes ont défilé dans la capitale où le cortège avait démarré au son de la chanson "Grândola Vila Morena", reprise en coeur par les manifestants, la voix tendue d'émotion. A la fin des manifestations (comme sur cette vidéo à Lisbonne), elle a retenti au même moment du nord au sud du pays dans toutes les villes où des rassemblements ont eu lieu: de Porto, la grande ville du nord, où selon les organisateurs 400.000 personnes ont manifesté, à Faro la station balnéaire du sud.

Cette chanson, fréquemment entonnée par des contestataires au passage de membres du gouvernement, est devenue le symbole de la contestation au Portugal après avoir été l'hymne de la Révolution des Oeillets de 1974 qui a permis l'instauration de la démocratie.

Elle fut ainsi entonnée mi-février lorsque le Premier ministre portugais présenta le nouveau plan d'austérité.

Samedi, "C'est le peuple qui est souverain", une phrase correspondant à un des vers du chanteur engagé José Afonso, créateur de la chanson "Grândola Vila Morena", était le principal mot d'ordre des rassemblements. La cible principale a été l'inspirateur des mesures d'austérité du gouvernement, c'est-à-dire la "troïka" (UE-FMI-BCE) représentant les créanciers du Portugal, actuellement à Lisbonne pour un nouvel examen des comptes du pays.

"Bandits"

"La troïka et le gouvernement dehors", "le Portugal aux urnes", "élections maintenant", "démocratie participative", pouvait-on lire sur les banderoles portées par les manifestants. "Qui s'endort dans la démocratie, se réveille dans la dictature", "Bandits, rendez-nous notre argent" clamait de petites affiches. "Aujourd'hui je suis dans la rue, demain ce sera toi", lisait-on sur une autre à côté d'un portrait du Premier ministre de centre-droit, Pedro Passos Coelho.

"Cette manifestation est un signal clair que "la troïka" et le gouvernement sont de trop dans ce pays", a estimé de son côté le chef du Bloc de gauche (extrême-gauche) Joao Semedo. A Lisbonne, le défilé a été d'autant plus important que de nombreux militants du principal syndicat portugais, la CGTP, y ont participé. Même des militaires se sont joints au défilé qui s'est terminé vers 18H30 GMT face au Tage, sur la majestueuse et monumentale Place du Commerce, noire de monde.

Grândola, ville brune, Terre de fraternité, Seul le peuple ordonne, En ton sein, ô cité, En ton sein, ô cité, Seul le peuple ordonne, Terre de fraternité, Grândola, ville brune, À chaque coin un ami, Sur chaque visage, l’égalité, Grândola, ville brune, Terre de fraternité, Terre de fraternité, Grândola, ville brune, Sur chaque visage, l’égalité, Seul le peuple ordonne, À l’ombre d’un chêne vert, Dont je ne connaissais plus l'âge, J’ai juré d’avoir pour compagne, Grândola, ta volonté,  Grândola, ta volonté, J’ai juré de l'avoir pour compagne, À l’ombre d’un chêne vert, Dont je ne connaissais plus l'âge

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
<br /> hello la râleuse je vient de tomber sur ton site wepppp pas mal du tout bravo quand a moi je fais des fakes je ne sais si tu a deja entendue parler de moi<br /> les fakes de grats je suis poto avec Adam si un petit échange de lien sur nos sites respectif te branche tien moi au courant et on fais quand tu veut si tu a besoin de certain de mais fakes pour<br /> illustré tes articles et bien ma fois sert toi copieusement avec plaisir je te dis a très bientôt amicalement tchao bye.<br /> <br /> <br />                    Grats<br />
Répondre
F
<br /> et des milliers de paysans dans les rues d'Athènes il y a trois jours...<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
C
<br /> ??????<br />
Répondre
C
<br /> je cesserai le jour où toi et tes amis cesseront d'insulter les travailleurs sous prétexte qu'ils n'obéissent pas à vos injonctions. je cesserai le jour où vous aurez admis que vous n'êtes pas<br /> l'alpha et l'omega de la gauche. je cesserai le jour où vous aurez compris que vous n'êtes pas la gauche. je cesserai le jour où vous cesserez de préférer la droite à la gauche. je cesserai le<br /> jour où vous cesserez de défendre les mêmes points de vue que le fn. ce qui revient à lui faire la courte échelle. je cesserai le jour où vous cesserez vos prétentions à la vérité. je cesserai le<br /> jour où vous aurez admis que la route est longue et compliquée. pas avant et même si cela te fait de la peine. j'en suis plutôt satisfait.<br />
Répondre
R
<br /> <br /> elle n'est pas longue et compliquée pour tout le monde!!!!!<br /> <br /> <br /> <br />
R
<br /> je te laisse libre de tes propos,claudio, car ,je n'ai jamais parlé de buses , mais de gens "abusés"oui!!c'est pas pareil!!!<br /> <br /> <br /> tu n'as donc personne d'autre a aller emmerder, ou alors "ils" t'ont foutu dehors,avec tes certitudes,et ton arrogance; passe ton chemin,et crois moi c'est dit sans méchanceté, juste avec un peu<br /> de peine<br />
Répondre