Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 22:54

Musset : Allégorie du Pélican

LA MUSE

Quel que soit le souci que ta jeunesse endure,
Laisse-la s'élargir, cette sainte blessure
Que les séraphins noirs t'ont faite au fond du cœur;
Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur.
Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète,
Que ta voix ici-bas doive rester muette.

Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots.
Lorsque le pélican, lassé d'un long voyage,
Dans les brouillards du soir retourne à ses roseaux,
Ses petits affamés courent sur le rivage
En le voyant au loin s'abattre sur les eaux.
Déjà, croyant saisir et partager leur proie,
Ils courent à leur père avec des cris de joie
En secouant leurs becs sur leurs goitres hideux.
Lui, gagnant à pas lent une roche élevée,
De son aile pendante abritant sa couvée,
Pêcheur mélancolique, il regarde les cieux.
Le sang coule à longs flots de sa poitrine ouverte;
En vain il a des mers fouillé la profondeur;
L'océan était vide et la plage déserte;
Pour toute nourriture il apporte son cœur.
Sombre et silencieux, étendu sur la pierre,
Partageant à ses fils ses entrailles de père,
Dans son amour sublime il berce sa douleur;
Et, regardant couler sa sanglante mamelle,
Sur son festin de mort il s'affaisse et chancelle,
Ivre de volupté, de tendresse et d'horreur.
Mais parfois, au milieu du divin sacrifice,
Fatigué de mourir dans un trop long supplice,
Il craint que ses enfants ne le laissent vivant;
Alors il se soulève, ouvre son aile au vent,
Et, se frappant le cœur avec un cri sauvage,
Il pousse dans la nuit un si funèbre adieu,
Que les oiseaux des mers désertent le rivage,
Et que le voyageur attardé sur la plage,
Sentant passer la mort se recommande à Dieu.

Poète, c'est ainsi que font les grands poètes.
Ils laissent s'égayer ceux qui vivent un temps;
Mais les festins humains qu'ils servent à leurs fêtes
Ressemblent la plupart à ceux des pélicans.
Quand ils parlent ainsi d'espérances trompées,
De tristesse et d'oubli, d'amour et de malheur,
Ce n'est pas un concert à dilater le cœur ;
Leurs déclamations sont comme des épées :
Elles tracent dans l'air un cercle éblouissant;
Mais il y pend toujours quelques gouttes de sang.

Lecture méthodique de ce poème extrait de La Nuit de Mai

et bien Marsu, tu voulais du vrai romantisme, en voilà,avec cette allégorie du pélican tiré de "la nuit de mai.
ce poème "la nuit de mai a été écrit en 1835,juste après sa rupture avec George Sand en mars 1835;d'ailleurs il y a 6 poèmes intitulés :"a george sand,tous plus beaux les uns que les autres.
pour  goethe,je crois qu'il faut le lire dans le texte c'est a dire en allemand, et j'en suis incapable;traduit en français , ça peut parfois être bien, comme les traductions de Gérad de Nerval, mais parfois aussi ça tourne a la "ragougniasse".
pour ce qui est du film a cannes sur la pièce de musset "confession d'un enfant du siècle"je ne sais pas ce que cela vaut, mais j'irai voir quand il sortira.
n'oublions pas non plus notre romantique de première que fut victor Hugo.
mais ,tous ces poèmes romantiques , je ne les apprécie bien que la nuit quand tout dors autour de moi,que les rêves peuvent s'envoler bien plus haut que le ciel étoilé,et, surtout qu'ils ne retombent jamais;ça pourrait être le cas ce soir même si les étoiles sont absentes,mais il y a une petite brume, opaque et douce qui enveloppe toute la campagne, estompant arbres et rivière;rien ne bouge au dehors,pas un bruit,juste quelques gouttes de brouillard marquant le tempo sur la ferraille de la rampe de l'escalier.Alors tiens,il est trop tôt pour dormir, je m'en vais réveiller Lamartine qui dort au fond de mon placard.
Partager cet article
Repost0

commentaires

C
<br /> hihihihihi. j'adore boris vian. mes enfants portent les prénoms trouvés dans l'écume des jours.<br />
Répondre
C
<br /> puisqu'on parle de romantisme, en voilà du plus récent.<br /> <br /> <br /> http://www.dailymotion.com/video/x4ds4s_une-bonne-paire-de-claques_news<br /> <br /> <br /> et même les paroles<br /> <br /> <br /> Quand on est tout blasé<br /> Quand on a tout usé<br /> Le vin l'amour les cartes<br /> Quand on a perdu l'vice<br /> Des bisques d'écrevisses<br /> Des rillettes de la Sarthe<br /> Quand la vue d'un strip-tease<br /> Vous fait dire : Quelle bêtise<br /> Vont-ils trouver aut' chose<br /> Il reste encore un truc<br /> Qui n'est jamais caduc<br /> Pour voir la vie en rose<br /> <br /> Une bonn' paire de claques dans la gueule<br /> Un bon coup d'savate dans les fesses<br /> Un marron sur les mandibules<br /> Ça vous fait une deuxième jeunesse<br /> <br /> Une bonn' paire de claques dans la gueule<br /> Un direct au creux d'l'estomac<br /> Les orteils coincés sous une meule<br /> Un coup d'latte en plein tagada<br /> <br /> Ça enterre tout, la drogue et l'aspirine<br /> Les épinards la chnouf et la badoit<br /> C'est bien plus bath que l'foie gras en terrine<br /> Car c'est moins cher et ça n'alourdit pas<br /> <br /> Une bonn' paire de claques dans la gueule<br /> Et la vie reprend tout son prix<br /> Chaque matin comme on se sent seul<br /> Claquons-nous la gueule entre amis<br /> <br /> Quand elle a foutu l'camp<br /> En emportant l'argent<br /> Et la machine à coudre<br /> En vous laissant l'évier<br /> Plein d'vaisselle pas lavée<br /> Et l'sel dans l'sucre en poudre<br /> Quand vot' meilleur copain<br /> Téléphone le lend'main<br /> En disant : Viens la r'prendre<br /> On ricane et l'on pense<br /> Attends un peu Hortense<br /> Qu'est-ce que tu vas prendre<br /> <br /> Une bonn' paire de claques dans la gueule<br /> Un bon coup d'savate dans les fesses<br /> Un marron sur les mandibules<br /> Ça te f'ra une deuxième jeunesse<br /> <br /> Une bonn' paire de claques dans la gueule<br /> Un direct au creux d'l'estomac<br /> Les orteils coincés sous une meule<br /> Un coup d'pompe en plein tagada<br /> <br /> Tu t'ennuyais dans ma petite chambre<br /> Tu soupirais, tu voulais du nouveau<br /> Dorénavant, de Janvier à Décembre<br /> Compte sur moi pour t'offrir à gogo<br /> <br /> Une bonn' paire de claques dans la gueule<br /> Et ça m'consolera, ma chérie<br /> Des soirées où tu man?uvrais<br /> Le rouleau à pâtisserie Tiens, salope!<br /> <br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
R
<br /> <br /> euhhhhh !!, ah bon<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Normalement, j'ai quelque part les oeuvres complètes de Stephan Zweig...<br />
Répondre
M
<br /> oui, le romantisme .. c'est excessif A++<br />
Répondre
R
<br /> <br /> comment ça excessif??? viens me voir un jour , et je t'emmènerai a nohant, dans le domaine de G Sand, et tu y découvriras le piano de chopin, et le décor merveilleux de ce site inoubliable pour<br /> les romantiques!<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Et pour revenir au romntisme, relisons Stephan Sweig tiens...<br /> <br /> <br /> Je vais peut-être me refaire ça... il y a bien longtemps que je n'ai lu "La pitié dangereuse"...<br />
Répondre
R
<br /> <br /> c'est rigolo ça , je viens juste de relire de stephan sweig "lettre d'une inconnue' c'est sublime! si tu ne l'a pas lu, fait le , je peux même te prêter le mien si tu ne le trouve pas.<br /> <br /> <br /> <br />